Actualités

  • Le PDC du district de Sierre a désigné ses candidats pour l’élection à la Constituante.

    By on 21 juin 2018

    Une équipe motivée et représentative des différentes couches de la population.

    Mercredi soir, les membres du PDC du district de Sierre se sont réunis, lors d’un Congrès extraordinaire, à Chippis, pour désigner leurs candidates et candidats à l’élection à la Constituante du 25 novembre prochain. Les 200 participants ont accepté de suivre la stratégie du PDCVr et donc de présenter une liste pleine, composée de 17 personnes aux profils et parcours des plus variés.

    17 candidats pour une liste pleine, équilibrée et représentative de la société civile

    Le Comité du district s’était fixé pour objectifs de présenter :

    • une liste de 17 personnes, soit de proposer autant de candidats qu’il y a de sièges dévolus à l’arrondissement électoral de Sierre ;
    • des personnalités issues de toutes les régions du district ;
    • un panel de candidates et de candidats aux profils hétéroclites et complémentaires afin d’offrir une excellente représentativité de la société civile.

    Pari tenu. Les membres ont pu constater, lors de la présentation, la richesse des candidatures, que ce soit au niveau des compétences, de la profession, de l’expérience politique ou associative, mais également au niveau de leur engagement commun à défendre les valeurs démocrates-chrétiennes et bien sûr de leur enthousiasme à participer à cet aventure historique que représente la Révision de la Constitution valaisanne.

    Ont donc été désignés candidates et candidats à l’élection de la Constituante pour le PDC du district de Sierre :

    1. Yves ANDEREGGEN, enseignant à la retraite
    2. Nicolas BONVIN, professeur d’éducation physique
    3. Jean-Yves CRETTAZ, responsable comptabilité & immobilier
    4. Delphine DEPREZ-FAVRE, enseignante spécialisée
    5. Christian GENOUD, gérant d’entreprise
    6. Frédéric LAMBIEL, responsable de département travaux spéciaux
    7. Olivier MATHIER, réviseur AVS
    8. Marie PAPON, avocate
    9. François PERRUCHOUD, électricien
    10. Lidia PETRICS, avocate
    11. Géraldine POUGET-ZUFFEREY, ingénieure EPF
    12. Jean-Marie REY, inspecteur de police judiciaire
    13. Alain ROMAILLER, ingénieur HES
    14. Gérard SALAMIN, garagiste
    15. Jean-Marc SAVIOZ, cadre bancaire
    16. Eric VOUARDOUX, comptable
    17. Joséphine WAEBER, musicienne

     

     

    5
    PDC Sierre
  • Nouvelle tête au PDC district de Sierre

    By on 8 novembre 2017

    A l’issu du 19e Congrès du PDC district de Sierre, la tête du comité a changé. Après trois ans comme président, Marcel Bayard a décidé de transmettre le flambeau. C’est Lionel Clavien qui va lui succéder à la tête du PDC district. Il sera secondé par Carole Basili à la vice-présidence.

    Devant une salle de plus de cent personnes, le 19e Congrès du PDC district de Sierre, qui se tenait à Montana-Village, a été un succès pour le comité. Malgré l’absence de votations, les membres ont répondus présents dans une ambiance détendue. Après le mot de bienvenue de Romaine Duc-Bonvin, conseillère communale de la commune de Crans-Montana, Marcel Bayard a fait un court bilan de son passage à la tête du comité du PDC district de Sierre. Il a ensuite présenté les sortants et les arrivants au comité. Le choix a été fait de mettre des personnes jeunes mais avec une expérience à la tête du comité.

    19e Congrès du PDC district de Sierre le 7 novembre 2017, la nouvelle tête du comité, Mme Carole Basili, vice-présidente, et M. Lionel Clavien, président.

    Lionel Clavien a 42 ans, il est marié et père de quatre enfants et habite à Miège. Directeur adjoint de l’office d’orientation scolaire et professionnelle du Valais romand, il possède de nombreuses qualifications professionnelles dans le domaine dont un MAS en Sciences et technologies de la formation et de l’apprentissage, un Master en psychologie et un Brevet fédéral de spécialiste de la formation professionnelle. Depuis 2014 il était dans le comité du PDC district de Sierre en charge de la communication.

    Carole Basili a 29 ans, elle est célibataire et habite à Chippis. Avocate collaboratrice auprès de l’étude Couchepin & Coudray SA à Martigny elle est aussi notaire indépendante à Sierre et chargée de cours HEVS. Elle est aussi députée-suppléante au Grand Conseil.

    Le conseiller National Yannick Buttet était aussi présent pour parler des prochains grands défis énergétiques qui attendent le Valais. Le Conseiller d’Etat Jacques Melly et président du gouvernement, a quant à lui donner un message d’espoir sur le fonctionnement apaisé de l’exécutif cantonal. Sidney Kamerzin, chef du groupe du Centre au Grand Conseil, a présenté les quatre grands défis de la députation Sierroise dans les prochaines sessions. Enfin, Serge Métrailler, président du PDC Vr, est venu inviter les membres à se rendre au 23e Congrès du PDC Vr à Grône le mercredi 15 novembre 2017.

    Le nouveau comité.

    3
    PDC Sierre
  • La force de l’eau, un atout pour le Valais

    By on 9 février 2017

    La force de l’eau, un atout pour le Valais

    L’énergie hydraulique est bien sûr un élément essentiel du développement de notre canton.

    Tout d’abord pour l’aspect social :
    La construction des installations au milieu du siècle passé a provoqué la réalisation de routes carrossables et la création d’infrastructures et d’emplois qui ont amélioré le quotidien des Valaisans. Aujourd’hui il s’agit des rares emplois qui ne sont pas liés à l’activité touristique. Actuellement il y a de nombreuses personnes qui travaillent quotidiennement sur les différents sites de production d’électricité, c’est tout autant de ménages et de familles qui vivent et habitent dans notre canton.

    Sur le plan environnemental, l’hydraulique, produit de l’énergie propre, sans dégagement de CO2, sans déchet  et entièrement renouvelable. Bien sûr, le fait que cette énergie est 100% propre ne doit pas nous empêcher de travailler sur des solutions qui permettent de freiner la consommation d’énergie

    Pour l’aspect financier :
    A court terme :  il y a le revenu de la production, de la vente de notre énergie. Depuis deux ans, la chute du prix de l’électricité nous a créé pas mal de soucis. Mais dans l’avenir cela devrait s’arranger grâce à la fermeture programmée des centrales à charbon dans les pays environnants ainsi que l’arrêt progressif des centrales nucléaires dans notre pays.
    A moyen terme :  le canton et les communes perçoivent des redevances hydrauliques, qui sont en fait la taxe de l’utilisation de l’eau, Il faut savoir que cette taxe est encaissée à 60% par le canton. Cette taxe sera remise en question ces prochaines années, le canton et les communes concédantes devront négocier afin de maintenir ce revenu.
    Enfin à long terme :  il y aura le retour des concessions. Si les redevances correspondent à la location de l’eau, le retour correspond à la location du terrain. Avec la nouvelle loi acceptée par le grand conseil, les communes ne pourront plus simplement signer un nouveau contrat de 80 ans en échange d’un gros montant ce qui est une bonne chose. Il faudra faire une bonne répartition entre le maintien d’une propriété propre et la vente de certaines parts aux cantons et aux entreprises partenaires. Mais il faut savoir que cette nouvelle stratégie favorise grandement le canton par le biais du prix solidaire. Le canton ou les communes non concédantes peuvent se retrouver propriétaires de 30% des installations en ayant payé 6% du prix. La tâche de vos élus est encore grande dans ce domaine, mais le PDC a fait une priorité de préserver notre ressource hydraulique et défendre les intérêts économique de nos communes et de notre canton.

    Le PDC s’engage également afin que les nouvelles concessions hydrauliques prennent en compte une juste répartition des retombées économiques sur l’ensemble du canton.


    Joël Bonnard

    2
    PDC Sierre
  • La Famille : le pilier de notre société

    By on 6 février 2017

    La Famille : le pilier de notre société

    Vous serez sûrement d’accord avec moi pour dire que le noyau de toute collectivité est formé par les individus qui l’habitent ! Pour que ce noyau perdure, il me semble nécessaire que les points suivants soient réunis :

    • Avoir un lien d’appartenance à cette collectivité,
    • Se sentir encouragé et valorisé
    • Vivre dans un environnement diversifié, sain et sûr
    • Permettre à chacun de trouver sa place et d’assumer ses responsabilités
    • Profiter de l’expérience et encourager les initiatives de tous

    L’objectif étant de se donner des repères pour construire durablement l’indispensable politique de la famille dont notre canton a besoin.

    Dans cette optique, il faut faire tomber les clivages entre les différentes générations. Nous devons penser et développer des aides intergénérationnelles qui nous permettent d’accompagner autant nos aînés que nos jeunes et nos tout petits. Nous avons besoin de structures adaptées et qui évoluent en fonction des besoins de chacun.

    D’une part, il est nécessaire de favoriser la création de nouvelles activités porteuses d’emplois pour les jeunes. Ils doivent pouvoir se sentir soutenus dans leur développement personnel et professionnel. Par exemple, en mettant à leur disposition les outils qui soient adaptés à leurs valeurs et à leurs défis tout en leur permettant de profiter de l’expérience et des compétences développés par leurs prédécesseurs.

    D’autre part, il est indispensable que de jeunes familles aient l’opportunité et l’envie d’élever leurs enfants dans notre canton. Or, nous constatons que les mamans qui travaillent à l’extérieur de leur foyer sont de plus en plus nombreuses. Cet accès massif au travail des femmes leur a permis d’acquérir indépendance et autonomie. Ce développement a considérablement modifié l’organisation et la vie quotidienne des familles. La conciliation entre le temps passé à travailler et le temps consacré au foyer et à l’éducation des enfants sont devenus des points centraux de la politique familiale. La réduction du temps de travail ou les opportunités de travail à domicile, pour la maman et/ou le papa, sont des pistes à encourager et à développer. Nous remarquons qu’il est très important pour le bon développement de nos enfants que les parents participent au maximum à leur éducation. Pour ce faire, il s’agit maintenant de définir des services familiaux de proximité de nature à permettre la conciliation entre la vie professionnelle et les obligations parentales.

    Christian Bitz

    2
    PDC Sierre
  • Soirée électorale à Mollens et rencontre avec les candidates et candidats du district

    By on 4 février 2017

    Hier soir à Mollens, les citoyens sont venus en nombre pour découvrir et apprécier les qualités de nos candidats. A intervalle de temps régulier, les candidats se déplaçaient, puis s’installaient à une table, commençaient par se présenter, puis se prêter au jeu des questions sur des thèmes aussi variés que l’économie, le soutien aux remontées mécaniques, l’enfouissement de la ligne électrique à très haute tension Chamoson-Chippis, les jeux olympiques, la formation, etc. etc.

    Devant un public a priori acquis, les candidats ont tout de même dû parfois répondre à des critiques, argumenter à contre-courant, défendre des positions peut-être impopulaires mais responsables. Ils l’ont fait avec courage et conviction, sans tabous.

    Merci à eux pour leur engagement et authenticité.

     

    4
    PDC Sierre
  • Le député : solutionneur ou polémiste ?

    By on 2 février 2017

    Le député : solutionneur ou polémiste ?

    Ces quatre années passées au Grand Conseil m’ont permis de déceler une constante récurrente et grandissante qui caractérise nos débats parlementaires : la profusion verbale.

    Notre rôle premier est celui de légiférer au sens le plus noble du terme, de faire accoucher des règles qui vont régir la vie quotidienne de nos concitoyens, dans des domaines aussi variés que les soins sanitaires ou la viticulture.

    Sous l’impulsion des sirènes, tant médiatiques qu’électoralistes, notre auguste assemblée tend à devenir le siège de débats stériles, sur des sujets qui ne sont pas de notre compétence, ou pire, en polémiquant sur des querelles stériles qui nous éloignent de notre objectif principal, qui doit être de poser le cadre légal dans lequel va évoluer la société.

    Il ne faut pas être naïfs, les combats de coqs ont toujours existé, mais il est fâcheux de constater que ces querelles stériles ont crû de manière exponentielle ces dernières années. Il serait malaisé de trouver ici une explication ou un bouc-émissaire à ce phénomène. Il faut en prendre acte, et par la suite tenter de le freiner. Nous devons pour ce faire abandonner le terrain des « affaires » et revenir à notre travail premier, celui d’élaborer des normes claires, précises, équitables, adaptées et porteuses de solutions.

    Nous sommes 130 fourmis qui tentons, par le dialogue, d’aboutir à des lois cohérentes. Nous ne sommes pas 130 coqs (et poules) dans une basse-cour, même si le citoyen peut parfois se poser la question.

    Je suis pour une approche pragmatique de notre mission de député. Je me méfie des grands cris, des solutions à l’emporte pièces beaucoup trop simplistes pour être efficaces.

    Notre travail se rapproche plutôt de celui d’un horloger que d’un bûcheron (PS: n’y voyez pas d’attaque contre les bûcherons). Il faut ajuster, rééquilibrer, proportionner, et non détruire.

    A toutes celles et ceux qui pensent qu’en tapant du poing sur la table le Valais ira mieux, je vous réponds non.

    Alors au moment de faire votre choix, ne cédez pas à ce genre de discours, mais choisissez la compétence et la mesure, qui sont les seuls garants d’une action concrète et efficace pour le futur de notre canton.

     Anthony Lamon

    5
    PDC Sierre