Le 117 répond présent !

Le 117 répond présent !

Le 117 répond présent !

Vols, brigandages, dommages à la propriété, cybercriminalité, voies de fait, lésions corporelles, violences domestiques, agressions sexuelles, homicides, décès extraordinaires, infractions à la loi sur les stupéfiants, accidents de la route : voilà ce qui fait le quotidien des collaborateurs et collaboratrices de la Police cantonale valaisanne.

Des hommes et des femmes qui s’engagent jour après jour pour assister les victimes et lutter contre la criminalité, avec un succès certain par rapport au reste de notre pays. A la lecture des statistiques 2015 de la Police cantonale valaisanne, il apparaît en effet que le Valais présentait depuis 5 ans le nombre d’infractions au Code pénal par 1000 habitants le plus bas de Suisse romande et que ses taux d’élucidation, suite à des infractions contre le patrimoine, la vie, l’intégrité corporelle et sexuelle, étaient supérieurs à la moyenne helvétique.

Si la Police cantonale valaisanne fait figure de bonne élève, c’est qu’elle a pris le problème à bras-le-corps : prévention, répression ciblée, optimisation du renseignement et adaptation de la stratégie aux nouvelles formes de délinquance sont les mesures principales qu’elle a adoptées et développées.

En matière de sécurité routière, elle affiche sa volonté d’agir principalement par la prévention, ainsi que par une présence accrue dans les lieux à risque. Les contrôles d’alcoolémie et de vitesse sont certes impopulaires, mais les résultats sont là ! Les pourcentages de personnes contrôlées qui sont sobres et respectueuses des limitations de vitesse sont supérieurs à 90%. Le nombre d’accidents de la circulation est en légère baisse. Et enfin, le nombre de victimes de la route a drastiquement diminué, passant de 117 en 1970 à 16 en 2015, alors que 245’000 véhicules supplémentaires sillonnaient les routes de notre canton.

Un bon niveau sécuritaire n’est pas un prétexte pour relâcher les efforts consentis jusqu’à présent. Les moyens financiers et humains attribués à la police doivent être maintenus, à minima, à l’échelon actuel pour préserver au mieux notre qualité de vie.

Les statistiques 2015 font certes état depuis 2012 d’une baisse des infractions en général et des vols par effraction en particulier, respectivement de l’ordre de 25 et de 40%, mais il faut garder à l’esprit que la criminalité a fluctué par vagues ces 35 dernières années, connaissant pics et décroissances. Il faut donc demeurer vigilant !

On peut également relever que le nombre d’infractions constatées à la loi sur les stupéfiants pour 1000 habitants est à la hausse en Valais et qu’il est supérieur à la moyenne nationale. La consommation de drogues est un problème de santé publique qui ne doit pas être pris à la légère, considérant ses effets dévastateurs sur la santé des personnes soumises à leurs addictions, ainsi que sur leur entourage.

Et enfin, corollaire d’une sécurité perçue comme défaillante, un sentiment d’insécurité croissant. Terrorisme, crise migratoire, criminalité, incivilités quotidiennes, informations biaisées médiatisées à la vitesse du clic de souris contribuent à rendre notre époque hautement anxiogène. La police, qu’elle soit municipale ou cantonale, est le premier rempart visible qui nous protège contre ce que nous percevons comme une menace.

Aussi, pour notre sécurité et notre bien-être communs, je vous invite à soutenir notre police, tout comme je m’engage à le faire.

Sabine Rey-Schoepf

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.